Mai, des nouvelles.

J’ai été absente de ce blog depuis quelques petits mois mais n’ai pas cessé de vagabonder avec le dino !

La vie d’un livre auto-édité est plutôt chronophage il faut avouer et j’avance, étape par étape, en prenant soin de ne pas perdre de vue l’objectif qui était le mien en écrivant ce roman : faire ma part pour aider l’humain à regarder la réalité de la crise (qui n’en est plus une, c’est bien plus profond que ça mais bon…) environnementale et l’effondrement en cours de la biodiversité.

Il est aisé de se perdre et de se faire happer par la course à la présence du roman « partout » -partout est très relatif en auto-édition :)! -, l’envie de parler du roman dans des interviews, d’être tout le temps sur les réseaux sociaux… J’ai fait un peu cela et me suis vite reprise, déjà essoufflée : ce n’est pas le but, pas le mien du moins. Je dois axer mes interventions sur le message qui est le mien, continuer de me former, de me nourrir, de grandir. Et je dois faire confiance au dino pour qu’il trouve sa voie, par lui-même. Il existe, il va se frayer un chemin, j’en suis convaincue.

J’ai eu le grand bonheur d’apprendre la semaine passée qu’il était en train d’être lu par quelqu’un que j’estime énormément, peut-être en reparlerais-je un peu plus tard si la vie le souhaite !

Bon vent mon dino et bon vent à tous, prenez soin de vous.

Ce samedi pour les landais !

La 1ère manif du dino.

Au milieu des temps plus qu’incertains que nous traversons, mon cœur s’est ouvert en découvrant cette photo postée par une amie – maman d’une petite de 7 ans – qui est allée manifester à Paris lors de la manifestation pour le climat LOOK UP.

Vous noterez le 4 barré sur la photo : cette maman et sa fille avaient déjà participé aux Marches pour le Climat, il y a 3 ans… Trois ans… Et depuis ?

*

Le dino était à sa place en ce jour : je l’ai écrit pour qu’il rassure les âmes et encourage les hommes et les femmes à se lever pour la seule chose qui ait un sens : la vie.

Si vous êtes un parent, un oncle, une tante, un grand-parent, un être humain : renseignez-vous sur les enjeux environnementaux de la décennie en cours. Lisez le dino si vous ne savez pas où regarder. Faites le circuler ! Prêtez-le entre vous ! Le temps presse.

Prenez soin de vous.

Et vous, où lisez-vous le vôtre ?

Que vous lisiez le livre papier ou l’ebook, où lisez-vous le vôtre ?

Partagez votre lecture avec la communauté en envoyant une photo qui retrace le moment que vous êtes en train de vivre lorsque vous partagez la vie d’Angie !

Un roman, c’est ça, c’est la vie qui passe quoi qu’on en dise… Un train, un transat près d’une piscine, un arrêt de bus, un lit… peu importe ! Partagez votre expérience en envoyant vos photos et je les partagerai sur Instagram et sur ce site !

Prenez soin de vous !

Sortie officielle !

Annonce officielle : le livre est disponible !

Où se le procurer ? En raison de changements de – dirons-nous… – dernière minute, il est disponible dans mon magasin en ligne (en cliquant ici) pour l’instant et, pour ceux qui ont la chance d’habiter les Landes, il sera disponible dans des lieux dont je vous parlerai ultérieurement!

Si vous habitez à l’étranger et souhaitez le recevoir, contactez-moi par e-mail (par le biais de la page ici). Je suis en train d’arranger les choses pour que les envois soient réalisables dans de bonnes conditions.

Je souhaite donc une belle sortie au dino : qu’il donne à chacun le courage de faire des choix en conscience, pour nos enfants et pour la vie sur notre belle planète.

Prenez soin de vous.

Livres reçus !

Et voilà ! Les tirages papiers sont arrivés à la maison et à la hauteur de mes attentes : ils sont magnifiques !

L’imprimeur avec lequel j’ai travaillé a fait un travail exemplaire.

Il était crucial pour moi que l’objet-livre soit beau et il l’est, j’en suis ravie !

Et maintenant, l’aventure continue !

Le B.A.T est reçu…

Je suis sur le point de passer à table en ce jour de grâce du 19 janvier 2022 lorsqu’on frappe à ma porte. Le livreur me tend un colis Chronopost, dont j’avais été prévenue de l’arrivée la veille. Mon cœur s’ouvre, mon visage sourit. Je trépigne. C’est Noël ? Mieux que ça !

Je soupèse le paquet, il est menu.

Je savoure l’instant. Comme il est émouvant de tenir entre ses mains le fruit de tant d’heures de travail, de grands bonheurs, de petites incertitudes, ou l’inverse… De sacrifices, aussi.

Les mains moites, j’ouvre le paquet.

Et je le découvre : l’objet est beau, très beau. Sa couverture est magnifique, sublimée avec délicatesse par le talent d’un imprimeur qui connaît son métier. Avant de n’oser lever la première page, je le retourne, parcours le quatrième de couverture, suis impressionnée par le nombre de pages, le volume. Je le caresse, il est doux. Le temps s’étire… Puis il est temps : j’inspire et, les doigts précautionneux, l’ouvre pour la première fois. Et là, c’est l’extase : la mise en page est somptueuse ! Un coup de baguette magique executé par l’avant-dernier rentré dans mon équipe de magiciens hors-pairs : Thomas. Il a fait un travail superbe ! Ce qui paraissait impossible et/ou très compliqué à certains il y a de cela à peine deux semaines (je reviendrais peut-être sur cette parenthèse désenchantée plus tard. Peut-être.) est là, devant mes yeux. Comme quoi, c’était possible. Tellement possible. Morale de l’histoire : ne rien lâcher. Jamais. Le rêve est dans les yeux du rêveur. Pas ailleurs.

Je suis émue. Très émue. C’est un beau moment de vie. Merci mon dino pour cet instant.

Prochaine étape ? Je relis tout et valide le BAT avant l’impression définitive. Mais ça, c’est une autre histoire !

Et voilà, clap de fin !

C’est avec une petite pointe au cœur qu’hier soir, j’ai regardé s’égrainer les dernières secondes de cette magnifique campagne de crowdfunding, comme on dit en bon français.

15 décembre 2021. 23h59. 40 jours, déjà !

Cette aventure, car oui, c’est bien de ce dont il s’agit, fut formidable ! Bien au-delà de ce que j’aurais pu imaginer début septembre lorsque l’idée farfelue m’a prise de me lancer. Quelle inspiration, j’ai eue !

Je remercie Bastien, mon correcteur car – sans qu’il en soit conscient – c’est grâce à lui que tout est arrivé : je tenais tellement à travailler avec lui que j’ai dû imaginer une façon de trouver les fonds pour m’offrir sa magnifique collaboration. Et grand bien m’en a pris ! Comme quoi, le besoin crée les solutions lorsqu’on s’en donne le choix.

Après le grand rush du début, les coups de fil aux amis pour demander leur aide en fonction de leurs compétences respectives, l’écriture des textes, le tournage des vidéos, les coups de main inopinés, les prises de tête ; après le lancement en trombe de la campagne que je voulais conjointe à celui de la COP 26 ; après la fulgurance de mes soutiens et des participations pour atteindre la somme souhaitée ; nous y voilà donc : l’édition du roman est financée.

40 jours plus tard donc, le rideau tombe.

…sans regret bien sûr, car il permet d’en lever un autre : le manuscrit est parti et la maquette est en préparation. Des allers-retours ont eu lieu, le format numérique est presque bouclé mais ça, c’est une autre histoire… à développer plus tard.

Aujourd’hui, je suis dans la gratitude de cette fin de campagne et tiens à remercier, une fois encore, tous ceux qui l’ont rendue si magique : ce succès est également le vôtre.

Plus que jamais, collaboration et entraide sont des valeurs clés à chérir pour développer un monde prêt à accueillir des projets de cœur, seuls projets qui pourront conduire notre société à des décisions cohérentes et respectueuses du vivant.

Avec amour et gratitude,

Prenez soin de vous et du monde qui vous entoure,

Flore

En route vers l’édition

Un dernier clic et voilà, c’est envoyé.

Vendredi dernier, j’ai reçu le manuscrit de Bastien, le formidable relecteur qui a pris soin du « bébé » avant sa mise au monde. J’ai pris le temps de le relire à mon tour, une x-ième et dernière fois (?) ce week-end et ce matin, je l’ai transmis au site chargé de le finaliser et de le mettre à disposition pour la vente en ligne.

Il sera disponible en ligne, sur tous les sites et surtout, chez votre libraire préféré. Mais je vous en dirai plus lorsque le livre sera prêt !

J’ai hâte de le tenir entre mes mains et espère du fond du cœur que « l’objet » sera à la hauteur de la magnifique couverture réalisée par Arnaud & du sublime logo de Tao. C’est sacrément stressant tout ça ! Mais drôlement excitant !

En tout cas, merci ! Merci à tous ceux qui ont participé à la campagne de financement participatif (toujours en cours ici ! Il reste 16 jours !) et qui ont déjà permis que la publication soit lancée. Merci du fond du cœur, je ne le répéterai jamais assez.

À très vite pour la suite de l’aventure.

Prenez soin de vous et du monde,

Mi-parcours

Nous sommes déjà à mi-parcours de notre campagne Ulule !

Et le roman La lumière du dinosaure a encore besoin de vous. Plus que jamais, oserais-je dire !

Ce roman va être autopublié, c’est-à-dire que la communication ne sera effectuée que par son auteure (moi !) et ceux qui me soutiennent. Et la communication est cruciale, le livre doit atteindre son public. C’est la condition sine qua non pour qu’il remplisse sa mission de livre. Mais lorsqu’on autoédite, la communication, c’est à nous de l’imaginer, la créer et… la financer.

Autopublier, ce n’était pas mon premier choix.

J’ai commencé par envoyer le DINO dans des maisons d’édition mais j’ai reçu très peu de retours. En septembre dernier, presque un an s’était écoulé depuis le premier envoi. Je ne pouvais plus attendre, je devais décider quelque chose.

En revenant à moi, profondément, en méditant au pourquoi de l’écriture de ce livre, la décision m’apparut, évidente : ce roman devait sortir et être lu, et tant pis si ce n’était pas de la façon dont je l’avais imaginé.

Je pense que ce roman est une pierre importante dans l’engagement que nous devons tous prendre pour accélérer la prise de conscience environnementale. C’est un déclencheur, une béquille aussi pour ceux qui hésitent, un baume pour ceux qui se sentent seuls.

Il reste 20 jours pour que nous puissions atteindre les 150 % et ainsi, financer un peu de communication autour de ce roman. C’est très important.

Le 1er palier était indispensable pour créer l’objet livre.

Ce 2nd palier est crucial pour que le roman soit lu.

Je compte sur vous ma famille, mes amis, ma communauté, pour continuer à parler du DINO autour de vous, lors de vos repas, dans vos réseaux.

Partagez au maximum, c’est maintenant !

Merci du fond du cœur, Flore